La réunion en bref 

La rencontre du débat de Narbonne était principalement destinée à recueillir l'avis du public sur les priorités à inscrire, dans le prochain plan, pour la gestion des déchets produits par l'usine de conversion de l'uranium située à Narbonne.

Après la présentation de l'usine par son exploitant Orano, ainsi que des priorités qu'il prévoit pour la gestion de ces déchets, deux associations de protection de l'environnement (Rubresus et ECCLA) ont exposé leur point de vue.

Les débats au sein du public (250 personnes environ) ont fait écho aux projets concernant ces déchets. Même dans l'hypothèse d'une sortie progressive du nucléaire demandée par certains participants, l'utilité d'une gestion de ces déchets n'a pas été contestée. En revanche la question du transport et des lieux de stockage des déchets résiduels a été évoquée, ainsi que les impacts du processus choisi et les risques d'accident.

Mais la demande du public s'est surtout portée sur les questions sanitaires : les activités de l'usine ont-elles des impacts significatifs sur la santé des travailleurs et des riverains? Comment interpréter les relevés effectués dans l'environnement ? Comment assurer la fiabilité des expertises ? Au-delà de l'expression de points de vue différents, le débat a évoqué des demandes d'une meilleure transparence ou d'expertises indépendantes sur ces points.

Le verbatim

 

Retour