Cette rencontre sera l’occasion pour les maitres d’ouvrage (Ministère de la Transition écologique et solidaire et Autorité de Sûreté Nucléaire), les acteurs de la filière, le public, et tous ceux qui ont participé sous diverses formes aux 22 rencontres menées à travers la France depuis le 17 avril 2019, de livrer leurs premiers constats sur l’organisation de ce débat inédit, s’agissant d’un plan national de programmation.

Au cours de cette rencontre, les membres de la commission particulière feront une première restitution de la tenue et du contenu des échanges. L’accent sera mis sur les principales thématiques qui ont émergées et sur les points saillants du débat. Cet ultime cycle d’échanges entre toutes les parties prenantes a aussi pour objectif de contribuer au travail d’analyse de la commission parti-culière afin de rédiger le compte-rendu final qui sera remis le 25 novembre 2019 aux maitres d’ouvrage.

Inscription obligatoire : Cliquez ici pour compléter le formulaire d'inscription

> En savoir plus sur la réunion de restitution

Deuxième des « cafés philo » du débat public sur le PNGMDR, la rencontre de Lyon, le 19 septembre, aborde la question des risques liés aux matières et déchets radioactifs à partir de la reconnaissance du droit à un environnement sain.

Le droit à un environnement sain est inscrit dans la Charte de l’environnement, et il correspond à l’impératif de sûreté énoncé, dès la loi Bataille de 1991, comme un de ceux auxquels doivent répondre les plans de gestion des matières et déchets radioactifs. Cela concerne la protection contre les risques chroniques et accidentels auxquels expose le traitement des matières et déchets radioactifs, risques liés aux impacts sanitaires et environnementaux de ce traitement. Ce n’est pas seulement les personnes qui doivent être protégées, mais également leur milieu de vie. Appréhender la question des risques à partir du droit à un environnement sain met donc l’accent sur la dimension territoriale de la gestion des matières et des déchets. Le nucléaire n’est pas hors sol, il s’inscrit dans un territoire existant, il touche à ses conditions d’habitation.

L’objectif de la rencontre est donc d’envisager la façon dont les risques et leur évaluation sont pris en considération dans les décisions du Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), en accordant une importance particulière à la dimension territoriale de la protection contre les risques. Après une introduction présentant la distinction entre risques chroniques accidentels, une première série de présentation, suivie de débats avec le public portera sur la place de l’évaluation des risques dans la décision des options de gestion, puis une deuxième série de présentation (également suivie de discussions) abordera le rapport entre risques et territoires.

> En savoir plus sur cette rencontre

Retour