Les critères économiques sont, parmi d'autres, des éléments à prendre en compte dans les décisions à prendre concernant la gestion des matières et déchets radioactifs.

La Cour des Comptes vient de publier en début d'été 2019 un rapport sur "L'aval du cycle du combustible nucléaire" : ce rapport couvre les questions économiques posées par les opérations intervenant à partir de la sortie des combustibles usés des réacteurs, jusqu'au stockage des déchets ultimes. Il fait apparaître les principales interrogations actuellement posées par ces opérations.

S'appuyant sur ce rapport, la rencontre sur l'économie prévue le 11 septembre se déroulera selon le schéma suivant:

  • - une présentation synthétique du rapport de la Cour des Comptes par la rapporteure,
  • - trois séquences, comportant chacune deux exposés initiaux d'une dizaine de minutes, suivis d'un débat avec la salle d'environ 1/2 heure:
  • - une 1ère séquence sur l'économie générale de l'aval du cycle, avec le point de vue de la maîtrise d'ouvrage (DGEC) et le point de vue d'un représentant d'une ONG,
  • - une 2ème séquence sur la prise en compte des dépenses futures par les mécanismes de provision, avec le point de vue d'un exploitant (EDF) et celui d'un représentant d'une ONG,
  • - une 3ème séquence sur l'économie du projet Cigéo, avec une présentation de l'ANDRA, responsable de la conduite du projet, et le point de vue d'un représentant d'une ONG.
  • - Ces trois séquences devraient permettre au public d'apprécier l'état des lieux des réponses aux questions posées par le rapport de la Cour des Comptes, qui sont importantes.

> En savoir plus sur cette rencontre

Durant l’été, la commission du débat PNGMDR a fait le point sur les sujets les plus discutés en ligne. A un mois de la clôture du débat, elle a identifié 10 thèmes qui pourraient être approfondis et commentés par les participants : stockage géologique profond, déchets de très faible activité, recyclage des combustibles usés, sûreté et sécurité, environnement… découvrez ces 10 sujets sur notre plateforme participative.

Le débat se poursuit jusqu'au 25 septembre et vous pourrez débattre de ces sujets, et de tous les autres; en ligne et lors des prochaines rencontres.

Les déchets radioactifs historiques n’ont pas fait l’objet, à l’époque, des mêmes traitements que ceux qui ont été produits plus récemment. Outre ceux qui ont été immergés en mer et pour lesquels toute récupération est impossible aujourd’hui, certains déchets d’exploitation ou issus d’expérimentations pour la défense ont été enfouis ou demeurent dans les installations nucléaires ; d’autres, provenant de l’industrie conventionnelle, ont été déposés à proximité des sites de production ou dans des installations conventionnelles ; d’autres enfin ont été recyclés dans des bâtiments et des routes.

L’inventaire de l’Andra répertorie les sites connus de stockage ou d’entreposage de déchets historiques. La presse s’est fait l’écho de controverses à ce sujet. La récupération de certains colis a été engagée ou une surveillance organisée mais ces opérations accusent du retard.

Le précédent PNGMDR (2016-2018) avait demandé l’achèvement des investigations relatives à ces stockages historiques et la mise en place de stratégies de gestion appropriées. Récemment (2019), l’ASN et l’ASND ont fait état de « fragilités » dans la stratégie de gestion de ces déchets.

Parmi les questions qui se posent aujourd’hui, cette rencontre abordera notamment les suivantes.

  • - L’inventaire réalisé est-il exhaustif et la nature des déchets est-elle connue ?
  • - Les moyens financiers engagés pour la sécurisation des sites sont-ils à la mesure des enjeux ?
  • - Existe-t-il des difficultés techniques particulières ? Quels arbitrages faire entre la sécurité des populations, celle des travailleurs et les risques pour l’environnement ?

Les participants, répartis en table de 8 à 10 personnes, seront invités à répondre aux questions suivantes : à vos yeux, la connaissance des déchets historiques est-elle suffisante aujourd’hui ? Leur prise en charge est-elle satisfaisante ? Si non, comment l’améliorer ?

> En savoir plus sur cette rencontre

Après 3 mois et demi de débat, la commission particulière publie la synthèse des principales discussions en ligne (avis, questions et commentaires publiés sur la plateforme participative).

Cette synthèse démontre un intérêt certain des citoyens pour le débat sur la gestion des matières et déchets radioactifs, comme en témoignent les questions suivantes :

Faut-il recycler les déchets de très faible activité ? Faut-il entreposer les déchets haute activité vie longue (HAVL) en stockage géologique profond ? Quel héritage pour les générations futures ? Comment restaurer la confiance entre les différentes parties ?

Autant de questions largement discutées sur la plateforme du débat, qui illustrent la volonté des participants d'être éclairés sur ces questions.

Le débat public se poursuit jusqu'au 25 septembre, aussi, réagissez, exprimez-vous et posez vos questions au Ministère de la transition écologique et solidaire et à l'Autorité de sûreté nucléaire, personnes publiques en charge de l'élaboration du plan national de gestion des matières et déchets radioactifs.

> La synthèse des expressions en ligne

Retour