La réunion en bref

Cette rencontre a été l’occasion pour les maitres d’ouvrage (Ministère de la Transition écologique et solidaire et Autorité de Sûreté Nucléaire), les acteurs de la filière, le public, et tous ceux qui ont participé sous diverses formes aux 22 rencontres menées à travers la France depuis le 17 avril 2019, de livrer leurs premiers constats sur l’organisation de ce débat inédit, s’agissant d’un plan national de programmation.
Au cours de cette rencontre, les membres de la commission particulière ont fait une première restitution de la tenue et du contenu des échanges. L’accent a été mis sur les principales thématiques qui ont émergées et sur les points saillants du débat. Cet ultime cycle d’échanges entre toutes les parties prenantes a eu aussi pour objectif de contribuer au travail d’analyse de la commission particulière afin de rédiger le compte-rendu final qui sera remis le 25 novembre 2019 aux maitres d’ouvrage.

 

Les présentations des intervenants

 

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion de clôture - 250919

> Ouvrir l'album photo

 

La réunion en bref

Le débat public sur le plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs a abordé la fin de ses travaux par un focus sur la gouvernance, telle qu’elle est aujourd’hui configurée pour l’élaboration du plan, le suivi de sa mise en œuvre et l’évaluation de ses résultats.
La séance du 24 septembre a été conçue comme un séminaire de travail élargi, sous un double format : une séquence en atelier durant laquelle les participants ont été invités à traiter, successivement, de 5 grandes questions touchant les principes, le champ et les pratiques de la gouvernance, suivie d’un débat avec la salle et les principaux acteurs du domaine sur les constats établis et les évolutions souhaitables.
Les questions (non exhaustives) ont porté sur la mise en œuvre du plan et ses interfaces avec les autres politiques publiques, sur sa déclinaison territoriale et l’articulation avec la gouvernance des projets qui le concrétisent, sur la gestion des controverses et des conflits, sur la place du public dans cette gouvernance, et sur la prise en compte du très long terme.
A l’issue de la séance, les responsables nationaux du plan ont été invités à réagir aux propositions émanant de l’atelier et des échanges collectifs.

 

Les présentations des intervenants

Les vidéos

> Lire les vidéos sur DailyMotion

 

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion Paris - 240919

> Ouvrir l'album photo

 

La réunion en bref

La rencontre du débat PNGMDR qui s’est tenue à Lyon le 19 septembre a réuni jusqu’à 151 personnes. Deuxième « café philo », elle avait pour objet une approche éthique de la question des risques, mettant en relation la sûreté avec les droits des citoyens, droit à un environnement sain, droit à l’information et à la participation aux décisions publiques ayant un impact environnemental. En préparation du débat, le public, à son arrivée, était invité à répondre à deux questions sur la gestion des matières et des déchets radioactifs en relation avec les risques qu’ils représentent : 1-de quoi pouvons-nous raisonnablement avoir peur ? 2-quels devraient être les critères de localisation des matières et des déchets radioactifs.

La réunion a été perturbée, dès son début et de façon continue, par les interpellations d’un petit nombre de personnes du public, qui protestaient contre les interventions policières et judiciaires autour de Bure et du projet Cigéo et faisaient de la condamnation de ces actions un préalable au débat. Malgré cette obstruction, la réunion a pu se tenir. Si le déroulé prévu n’a pas été suivi, certaines présentations ont pu être faites : celle de M. Gay, de l’IRSN sur la distinction entre risques chroniques et risques accidentels, celle d’Yves Marignac sur la façon dont le PNGMDR prenait en considération la sûreté (distinction entre l’approche analytique par filière et l’approche systémique). Les présentations de M. Charre de l’ANCCLI et de M. Garcier, de l’ENS de Lyon ont attiré l’attention sur l’approche des risques en termes de territoire et le fait que l’on néglige trop souvent que les installations nucléaires n’ont pas seulement des impacts environnementaux ou sanitaires, mais s’inscrivent dans un milieu humain, dans un tissu de relations sociales où elles peuvent être objet d’attachement et pas seulement de peur.

La salle a eu largement la parole. Beaucoup ont présenté des prises de position, notamment une délégation de Greenpeace qui a très clairement présenté les décisions auxquelles devrait conduire le débat : renoncer au projet d’enfouissement Cigeo ; mettre un terme au retraitement du combustible usé ; mettre fin aux transports nucléaires inutiles ; comptabiliser les « matières radioactives » non réutilisées dans la liste des « déchets nucléaires » d’EDF. Des échanges avec la salle ont également émergé des questions autour de la confiance, ou de la prise en compte des générations futures dans les positions pro- comme antinucléaires. Le bref exposé qui a pu être fait de la synthèse des post it allait dans le même sens.

La commission déplore ce déni de démocratie qui a tenté d’empêcher le débat alors même que dans le public de nombreuses voix s’étaient élevées pour demander sa poursuite et dire leur intérêt. Les présentations qui n’ont pas pu être faites seront mises sur le site Internet du débat du PNGMDR.

 

Les présentations des intervenants

 

Les vidéos

> Lire les vidéos sur DailyMotion

 

La réunion en bref

La rencontre qui s’est tenue à Troyes le 17 septembre a réuni environ 150 personne. Elle avait pour objet la gestion des déchets de faible activité à vie longue (FAVL), catégorie hétérogène et aujourd'hui sans filière. Que la réunion se soit tenue près de la commune Soulaines, à proximité de laquelle un stockage en faible profondeur a été envisagé, a permis que la discussion porte à la fois sur des enjeux techniques, et sur des questions sociales, éthiques et politiques, liant dimension locale et nationale, et abordant les problèmes territoriaux.

Après une présentation, par un expert de l’IRSN, des caractéristiques physiques de ces déchets et des problèmes de sûreté qu’ils posent, deux séquences se sont succédé, chacune donnant lieu à débat avec le public. La première a porté sur l’historique des recherches de sites de stockage. Celles-ci ayant donné lieu à un rapport de l’HCTISN, celui a été présenté par un membre de ce comité, qui a aussi parlé au nom de son association Robin des Bois, intervention suivie de celle de l’Andra qui a expliqué les modalités de recherche et en a retracé l’historique. Une deuxième séquence a été consacrée à la situation actuelle, aux solutions envisagées et à leurs alternatives éventuelles : cela a été envisagé par un représentant de l’Andra, par le président de la CLI de Soulaines, et par un militant de l’association la Qualité de vie. Enfin, un représentant de l’ACRO est revenu sur les principales questions abordées en donnant son point de vue, à partir de son expérience dans différentes CLI de l’Ouest.

Les échanges animés qui ont eu lieu avcc le public et au sein de celui-ci ont permis d'aborder de nombreuses questions, notamment la proportionnalité du stockage aux enjeux, l'intérêt ou non d'un stockage dans une zone qui en contient déjà deux, la nécessité même d'un tel stockage ou celle de son urgence la légitimité des incitations financières et économiques à la présence d'un stockage, et la façon dont il peut affecter aussi bien l’emploi que l’image du territoire, et l’engagement temporel que cela représente.

 

Les présentations des intervenants

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion Troyes - 170919

> Ouvrir l'album photo

 

Retour