Clôture du débat public

Nous voici aujourd’hui au terme du débat public sur la 5e édition du PNGMDR, commencé le 17 avril 2019. Près de 5 mois se sont écoulés, marqués par 22 rencontres publiques, à travers la France, de Gravelines à Marcoule, de Cherbourg à Strasbourg.

Il n’était pas certain que ce débat puisse se tenir ; les difficultés rencontrées lors du débat de 2013, le caractère toujours très sensible du sujet, le contexte social inédit du mouvement des gilets jaunes et la fin du grand débat national, tout ne pouvait que conduire à la plus grande prudence et humilité dans la conduite du projet. Pourtant aujourd’hui, il nous est possible de dire que oui, le débat a bien eu lieu, sans doute, imparfait, mais bien réel, avec des échanges d’une très grande qualité, parvenant malgré tout à dépasser les postures pour présenter une argumentation de fond.

Au nom de la commission, je tiens à remercier très vivement toutes celles et ceux qui ont préparé et animé ce débat : représentants des maîtres d’ouvrage présents à toutes les réunions du débat pour présenter les enjeux du dossier et répondre aux questions, représentants du Haut comité pour la transparence et l’information sur la sûreté nucléaire (HCTISN) et Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) dont l’expertise a été très précieuse, représentants de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), et des exploitants des installations nucléaires (EDF, Orano, CEA) qui ont participé de façon constante au débat, en présentant le fonctionnement de leurs installations, l’organisation des différentes filières de gestion des matières et déchets radioactifs, et en échangeant avec le public, y compris dans des conditions difficiles voire hostiles, les représentants d’organisations syndicales notamment la CGT.

Toutes les associations n’ont pas répondu à nos sollicitations et nous respectons le choix de certaines d’entre elles de demeurer à l’extérieur du débat. Nous avons conscience que celui-ci n’aurait pu avoir lieu sans celles qui ont accepté d’être là : France Nature Environnement (FNE), Greenpeace, Global Chance, l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO), Wise Paris, La Qualité de Vie. Leur présence vigilante, marquée par une vraie implication sur tous les sujets, tout en conservant une distance salutaire, ont permis de conduire des échanges contradictoires. La commission salue la présence courageuse de ces associations dont elle sait qu’elles ne partagent pas toutes les orientations de la politique nucléaire.

Un grand merci également à tous ceux qui se sont impliqués pour apporter leur contribution: l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), la Commission du développement durable de l’Assemblée Nationale, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST), le Comité national d’évaluation (CNE2) dont les travaux ont été une matière essentielle au contenu du débat.

Enfin et surtout, la Commission remercie toutes les personnes qui se sont déplacées pour assister aux rencontres du débat, ont fait l’effort de donner leur avis ou de poser des questions sur le site de la Commission à travers notamment le dépôt de contributions ou de cahiers d’acteurs ou tout simplement ont visité le site du débat. Cette démarche n’était pas évidente sur un sujet peu connu, souvent scientifiquement complexe, et très fortement clivant.

Cette parole citoyenne a apporté des éléments précieux à la réflexion, tout d’abord en montrant combien la gestion des matières et des déchets radioactifs renvoie très concrètement à une réalité à travers les questionnements sur la protection de la santé des populations, des salariés , de l’environnement, sur l’implication des territoires, sur la sûreté et la sécurité, sur les investissements financiers requis, tout en s’ouvrant sur des réflexions plus profondes au regard de l’engagement pris pour les générations futures.

Les enseignements du débat seront connus lors de la présentation du compte-rendu de la commission, le 25 novembre 2019. Ces enseignements porteront tant sur le fond, c’est-à-dire sur les grands enjeux de la gestion des matières et des déchets radioactifs, mais également sur la mobilisation citoyenne. Des premiers constats ont été présentés lors de la réunion de restitution et de clôture des débats le 25 septembre 2019, qui témoignent d’ores et déjà de l’importance du sujet dans une société civile qui s’interroge sur les énergies nécessaires à son fonctionnement.

La commission particulière du débat public vous donne ainsi rendez-vous pour cette ultime rencontre du débat et vous remercie encore pour votre participation.

 

Isabelle Harel-Dutirou

Isabelle Harel-Dutirou, Présidente de la commission particulière du débat public

 

 

 

 

 

 

La réunion en bref

La rencontre du débat portant sur le thème des impacts sanitaire et environnemental des matières et déchets radioactifs a réuni plus de 200 personnes dans une atmosphère propice à la réflexion et à la compréhension des enjeux de ce débat.
Successivement, les présentations des maîtres d’ouvrage (Ministères de la transition écologique et solidaire – Autorité de sûreté du nucléaire), de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), de l’association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO), de l’association Qualité de Vie ou encore de l’agence nationale des déchets radioactifs (ANDRA) ont permis de dresser un état des lieux des questions sous-jacentes des impacts sanitaires et environnementaux, notamment au sujet de l’impact des faibles doses. Les citoyens, interrogés sur leurs attentes, ont posé de nombreuses questions relatives à la réglementation, aux outils de surveillance, aux mécanismes de contrôle, et sur les organismes impliqués dans la mise en œuvre de ces prescriptions.
De nombreux échanges ont eu lien entre les acteurs sur l’appréciation et l’interprétation des normes en vigueur, et sur la réalité des impacts sur la santé des populations, tout particulièrement sur la survenance de maladies telles que le cancer. La réunion a duré près de quatre heures, témoignant du caractère très sensible et essentiel pour les citoyens de ce sujet, justifiant que la commission sollicite que des fiches complémentaires, les plus précises possibles, soient mises à la disposition des citoyens en vue des prochaines réunions de septembre.

Les présentations des intervenants

Le verbatim

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion Tours - 090719

> Ouvrir l'album photo

 

La réunion en bref

La belle salle de la Halle aux Toiles de Rouen accueillait hier la réunion du débat sur le PNGMDR consacrée à la thématique « transports ». Plus de 120 personnes ont participé.
Un petit groupe de manifestants anti nucléaires distribuait des tracts à l’extérieur de la salle et avait déployé une banderole. La réunion s’est ensuite déroulée dans le calme et le respect de l’écoute de chacun, à l’exception d’un petit incident provoqué par une personne qui refusait le débat avec véhémence.
Le public regroupé en tables de 8 à10 personnes était invité à faire part de ses questionnements et attentes à l’égard de cette thématique. Après la présentation de la réglementation par l’Autorité de sûreté nucléaire et le représentant du Haut Fonctionnaire Défense et de l’état des lieux par ORANO, le débat a démarré avec l’ensemble des acteurs de la filière : services de l’Etat, opérateurs (EDF, ORANO), transporteurs, experts. Les points de vues associatifs (Greenpeace, FNE, Wise Paris, …) ont permis d’éclairer le débat autour des thèmes cités par le public : les itinéraires, la sûreté et la sécurité, les normes concernant les colis, les responsabilités respectives, la gestion des accidents et la question de la transparence de l’information, qui est revenue de manière récurrente.
La réunion a duré plus de 3 heures, sans pouvoir épuiser l’ensemble des sujets abordés. Le public a été invité à poursuivre le débat sur internet pour approfondir des questions techniques notamment.
L’ensemble des présentations, ainsi que la synthèse des travaux produits par les participants seront mis à disposition sur le site internet du débat.

Les présentations des intervenants

Le verbatim

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion Rouen - 040719

> Ouvrir l'album photo

 

La réunion en bref

La 11e rencontre du débat s’est déroulée à Bordeaux dans une ambiance conviviale.
Plus de 120 personnes se sont retrouvées pour débattre des enjeux de la future 5e édition du plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs. A l’extérieur, des personnes appartenant notamment à l’association TchernoBlaye et à l’association Greenpeace ont déroulé des pancartes demandant l’arrêt du nucléaire et distribué des tracts. Les participants ont été invités à exprimer leur perception du sujet et leurs attentes sur des post-it mis à leur attention. A la suite des présentations des maîtres d’ouvrages (Ministère de la Transition écologique et solidaire et Autorité de sûreté nucléaire) sur les enjeux du futur plan et de l’agence nationale de la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) sur l’inventaire des matières et des déchets radioactifs, les citoyens ont pu longuement échanger sur plusieurs thèmes du débat : la sûreté des installations, la distinction entre matières et déchets, les différentes solutions d’entreposage et de stockage, la question de la mémoire et de la responsabilité de la société à l’égard des générations futures, la question des transports et la notion de criticité. Ont été également évoqués les choix de politique énergétique et leurs impacts respectifs sur le climat. Des points de vue divergents se sont exprimés dans le respect de chacun.

Les présentations des intervenants

Le verbatim

Les vidéos

> Lire les vidéos sur DailyMotion

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion Bordeaux - 020719

> Ouvrir l'album photo

 

Retrouvez sur cette page divers articles autour du débat et des questions liées à la gestion des matières et déchets radioactifs.
Les derniers articles publiés apparaissent en premier sur cette page.

 

Fission autour des seuils de libération

Dernières Nouvelles d'Alsace - 12 juillet 2019

Dans les Dernières Nouvelles d'Alsace et L'Alsace (ainsi que le site DNA.fr), Hélène David signe un compte rendu de la réunion généraliste du débat à Strasbourg, jeudi 12 juillet. Elle relève que parmi les points de friction, la question des seuils de libération des substances, permettant la réutilisation de certains déchets radioactifs, figure en bonne place.Conclusion de l'article : "Tout porte à croire (...) qu’à l’issue de ce débat entre militants des deux camps et techniciens, les lignes n’ont pas beaucoup bougé."

Lire l'article

 

Vivre notre Loire confortée

Le Petit Solognot - 12 juillet 2019

Lepetitsolognot.fr consacre un article à l'association Vivre notre Loire, à laquelle le conseil d'Etat à donné gain de cause en "annulant la décision (...) du président de l’Autorité de sûreté nucléaire autorisant la société Électricité de France (EDF) à créer provisoirement une aire d’entreposage de déchets potentiellement pathogènes sur le site de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire." L'association indique qu'elle va rédiger un cahier d'acteur présentant ses positions au sein du débat PNGMDR.

Lire l'article

 

Déchets nucléaires : la Cour des comptes dresse un bilan critique

Lenergeek - 11 juillet 2019

Lenergeek analyse le rapport critique de la Cour des comptes sur la gestion des substances nucléaires en France. Le site rapporte les interrogations de la Cour sur les matières susceptibles d'être valorisées sous forme de MOX, un combustible nucléaire recyclé, alors que "la France se prépare à une diminution du nucléaire et risque de stopper plusieurs réacteurs nucléaires de 900 MW qui utilisent le MOX".

Lire l'article

 

A Tours, un Grand débat contradictoire sur le nucléaire

La Nouvelle République.fr - 11 juillet 2019

Dans le quotidien régional Nouvelle République (du Centre Ouest), Bruno Pille, présent lors de la réunion de Tours, rédige un compte rendu du débat (publié également sur la version en ligne du quotidien). Consacrée aux impacts des substances radioactives sur la santé et l'environnement, la réunion à été l'occasion d'évoquer une actualité récente : la présence d’une contamination radioactive anormalement élevée dans la Loire, relevée le mois dernier par une association locale.

Lire l'article

 

Gestion des déchets : « Un travail d’intelligence collective »

L'Alsace - 9 juillet 2019

L'Alsace titre sur l'expression de la présidente de la Commission, "Un travail d'intelligence collective" pour annoncer le débat public de Strasbourg. "À la veille d’une réunion à Strasbourg, Isabelle Harel-Dutirou, présidente de la commission particulière du débat public sur le Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs, en résume les tenants et les aboutissants." L'entretien présente les enjeux et la démarche du débat de manière synthétique et complète. Il est assorti d'un encadré présentant le débat PNGMDR sous le titre 'Un exercice inédit". Ce même article est publié sur le site du quotidien LAlsace.fr. IL est également publié dans l'édition Strasbourg des Dernières Nouvelles d'Alsace, qui, par ailleurs, publie de nouveau l'annonce du débat dans sa rubrique Agenda.

Lire l'article

 

Nucléaire et déchets de très faible activité, le mieux serait-il l’ennemi du bien ?

Le monde de l'énergie - 9 juillet 2019

Lemondedelenergie.com publie une tribune consacrée aux déchets TFA et leur traitement en France. La "spécificité française empêche de recycler de grandes quantités de matière valorisable, ce qui est contestable sur le plan écologique et soulève des interrogations quant aux volumes de déchets de très faible activité à stocker." L'ingénieur auteur de la tribune réalise un panorama de ces déchets, de leur origine; évoque "le seuil de libération" et souligne la différence des traitements qui leur sont réservés à ses déchets, d'un pays à l'autre.

Lire l'article

 

Déchets radioactifs : débat à Strasbourg le 11 juillet

Les Dernières Nouvelles d'Alsace - 9 juillet 2019

Les Dernières Nouvelles d'Alsace annoncent le débat public du jeudi 11 juillet à Strasbourg dans leur édition Strasbourg et sur leur édition web.

Lire l'article

 

Nucléaire : Orano veut empêcher Greenpeace d’approcher des convois

Presse de la manche - 8 juillet 2019

La Presse de la Manche consacre un article (repris par le site Actu.fr) à la décision d'Orano d'assigner Greenpeace en justice, en plein débat sur le PNGMDR. Le 12 juin, cinq cuves contenant des substances radioactives ont été repeintes par des membres de l'association écologiste, alors que le train qui les transportait faisait une courte halte à Vierzon.

Lire l'article

 

Bercy moins ouvert que le ministère de la Transition écologique à la requalification de matières en déchets nucléaires

Contexte.com - 5 juillet 2019

Contexte.com souligne les divergences entre la position exprimée par la Cour des comptes et Bercy : " Les incertitudes sur les perspectives de valorisation de certaines matières font partie « des sujets de réflexion identifié[s] pour la prochaine édition du PNGMDR », assure le ministère de la Transition écologique. En revanche, le sujet fait partie des « points de divergence », pour Bercy, qui rejette l’option.

Lire l'article

 

Déchets nucléaires : La Cour des comptes veut plus de transparence

Les Echos - 4 juillet 2019

Les Echos consacrent un article au rapport de la Cour des comptes en indiquant qu'il "ne manquera pas de nourrir le débat public qui a débuté en avril sur le futur Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs".

Lire l'article

 

Déchets radioactifs: la Cour des Comptes demande une meilleure évaluation

Le Journal de l’Environnement - 4 juillet 2019

Le Journal de l’Environnement évoque le rapport en précisant : "En plein débat sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), la Cour des Comptes souligne la nécessité d’élargir les options prises en compte et de mieux anticiper les capacités de stockage."

Lire l'article

 

Nucléaire : la Cour des comptes veut plus de méthode dans la gestion des déchets

La Tribune - 4 juillet 2019

La Tribune reprend le rapport de la Cour des comptes pour citer les points principaux soulevé par les magistrats de la rue Cambon.

Lire l'article

 

Déchets nucléaires : La Cour des comptes veut plus de transparence

La Tribune - 4 juillet 2019

La Cour des comptes souhaite plus de transparence dans les arbitrages de la France en matière de gestion des combustibles usés et des déchets nucléaires, dans un rapport publié jeudi. " La Cour recommande en particulier de mettre à jour les coûts du projet d'enfouissement de déchets Cigéo "en prenant en compte de manière plus réaliste (ses) risques et opportunités" et d'actualiser l'inventaire national des matières et déchets radioactifs", lit-on. Le contexte du débat PNGMDR est cité en fin d'article.

Lire l'article

 

Bordeaux : les déchets nucléaires en débat

Sud-Ouest - 3 juillet 2019

Sud-Ouest publie un compte rendu de la réunion d'hier soir à Bordeaux. Extrait : "«Que vous évoque la gestion des matières radioactives? », questionnent les organisateurs. « Un fardeau », répond l’un. « L’avenir de notre planète », griffonne un autre. Et toujours cette notion de responsabilité pour les générations futures qui revient à de nombreuses reprises."

Lire l'article

 

La Hague, la mère de toutes les batailles du nucléaire

Sud-Ouest - 30 juin 2019

Dans Sud Ouest, Jean-Denis Renard consacre un reportage à l'industrie nucléaire en Normandie et cite la tenue du débat PNGMDR jusqu'au 25 septembre : "C’est la première fois que les déchets radioactifs sont soumis au principe de la démocratie participative. Les rendez-vous sont souvent agités, ce qui démontre une fois de plus le caractère passionnel du sujet." écrit-il.

Lire l'article

 


Pages : 1 | 2 | 3 | 4

La réunion en bref

Environ 90 personnes ont participé à la rencontre, dont l'objectif était de discuter de l'évolution de la classification entre matières et déchets radioactifs.

Les bases techniques et réglementaires de cette classification ont été décrites lors d'une première phase de présentations par le CNRS et le ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Le public a pu faire des remarques et poser des questions dès ce stade, notamment par l'intermédiaire de plusieurs interventions de représentants de Greenpeace et de la CGT. A suivi une deuxième phase de présentations plus détaillées où EDF et Orano ont chacun présenté un exemple de gestion des matières radioactives, et où Wise Paris a suggéré des pistes d'évolution de la réglementation. Enfin, de longs échanges avec la salle ont eu lieu et la chaleur intense n'a pas entamé l'intérêt du public. Ont notamment été évoquées les questions de la rentabilité de la réutilisation des matières radioactives, de l'opportunité du développement de nouveaux types de réacteurs pour les consommer, du maintien des compétences techniques dans le cas où une réutilisation est envisagée, d'une évolution de la charge de la preuve faisant des substances des déchets en l'absence de solution industrielle précisément définie, et enfin la question plus générale du type de comportement à favoriser chez les producteurs (incitation au recyclage ou incitation au développement d'une gestion définitive sûre).

Le débat n'a pas souffert de perturbations, et les discussions, particulièrement riches, ont eu lieu dans le respect de tous.

Les présentations des intervenants

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion Saclay - 270619

> Ouvrir l'album photo

 

Résumé :

200 personnes ont participé à la rencontre du débat prévue ce jeudi 20 juin à Bar le Duc sur le thème de la gestion des déchets radioactifs ultimes et des alternatives au stockage géologique.
Des opposants au projet Cigéo se sont exprimés à l’extérieur de la salle et ont notamment déployé une banderole. La réunion a commencé par plusieurs présentations de :

  • • l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) qui a fait, à la demande de la commission, une expertise établissant un panorama international des recherches sur ces alternatives,
  • • Bernard Laponche, physicien nucléaire, président de l’association Global Chance,
  • • Sylvain David, chercheur au CNRS.

Après avoir été suspendu quelques minutes en raison de l’action de militants présents dans la salle, le débat a pu reprendre sereinement, les citoyens prenant la parole à tour de rôle. Denis Stolf, président du Comité local d’information et de suivi (CLIS) de Bure, et Michel Guéritte de l’association Qualité de Vie se sont également exprimés. De nombreuses questions ont été posées, notamment aux représentants de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN)… Certaines ont porté sur le projet d’enfouissement des déchets de haute et moyenne activité à vie longue, plus précisément sur les conditions de sécurité à long terme (par exemple au regard du risque sismique…), sur la façon de conserver la mémoire, sur le coût et le financement des différentes options, la santé des citoyens et des salariés. Des inquiétudes ont été exprimées, tout particulièrement sur le devenir du territoire et de ses habitants, plusieurs intervenants regrettant que les conclusions des précédents débats n’aient pas été entendues alors qu’elles soulignaient l’importance de poursuivre les recherches sur les différents choix possibles. La réunion s’est achevée tranquillement après trois heures d’échanges.

Les présentations des intervenants

Le verbatim

Les vidéos

> Lire les vidéos sur DailyMotion

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion Nevers - 18062019

> Ouvrir l'album photo

 

Résumé :

Les études et débats antérieurs sur la gestion des déchets de moyenne et haute activité à vie longue (MA HA VL) ont conduit à identifier principalement deux options possibles :

  • - le stockage en couche géologique profonde,
  • - l'entreposage temporaire en surface ou faible profondeur couplé au développement d'une méthode de réduction de la radioactivité long terme des déchets (dite de séparation transmutation).

En 2006, le stockage en couche géologique profonde a été choisi par le Parlement comme solution de référence principalement en raison des incertitudes et contraintes liées à l'industrialisation de la la séparation-transmutation. La question des alternatives demeure explorée : une alternative pourrait par exemple faire office de complément au stockage géologique, de remplacement si des progrès majeurs étaient obtenus avant la fermeture définitive d'un stockage (qui aurait lieu au plus tôt dans 100 ans), ou enfin d'une solution pour d'éventuels déchets futurs.

L'objectif de cette rencontre du débat est de faire le bilan des recherches sur toutes les alternatives au stockage géologique profond, de donner au public l'opportunité de s'informer sur leurs progrès, et de discuter de leurs mérites et inconvénients.

Ce débat, mené avec tous les participants, reposera sur :

  • - un panorama de toutes les idées explorées en France et à l'étranger pour la gestion des déchets MA HA VL,
  • - une description plus précise d'une alternative au stockage géologique profond proposée en France par certains acteurs du débat,
  • - un état des recherches et des progrès sur la transmutation, selon différentes techniques (réacteurs à neutrons rapides, accélérateurs, laser).

pdf Consultez la fiche de présentation de la rencontre

 

La réunion en bref

Une centaine de personnes étaient présentes hier à Nevers, pour débattre des solutions d'entreposage des combustibles nucléaires usés.

Avec l'accord de la commission, quelques personnes représentant l'association Sortir du Nucléaire du Val de Loire, qui avaient déployé une banderole à l'extérieur de la salle, sont venues exposer en début de réunion les raisons pour lesquelles "Sortir du nucléaire " a décidé de boycotter le débat. Elles ont ensuite quitté la salle. Leur déclaration sera jointe au compte rendu de la rencontre.

L'IRSN a présenté un diagnostic de saturation du site d'entreposage sous eau de La Hague à l'horizon 2030, diagnostic partagé et commenté par les opérateurs ORANO et EDF.

EDF a ensuite présenté sa réponse : le principe d'un nouveau site d'entreposage en piscine centralisée. Le débat à également permis d'entendre les points de vue d'associations (Global Chance, FNE) et de membres du réseau sortir du Nucléaire qui se sont exprimés en leur nom personnel. L'association Vivre notre Loire a fait part de ses objections au projet de piscine centralisée d'EDF, si celle-ci devait être localisée à Belleville (ŕaisons exposées dans leur cahier d'acteur).

Un 2ème temps de la rencontre a permis à l'IRSN de présenter son rapport d'expertise sur les solutions d'entreposage à sec ou en piscine (rapport d'expertise complémentaire réalisé à la demande de la CNDP pour les besoins du débat). Cette présentation didactique a alimenté les échanges avec le public sur les mérites et limites respectifs de ces 2 technologies.

Une synthèse des échanges par la CPDP a conclu la soirée.

Les présentations des intervenants

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion Nevers - 18062019

> Ouvrir l'album photo

 

Les combustibles nucléaires usés sont aujourd’hui entreposés dans des piscines attenantes aux réacteurs puis de manière centralisée à la Hague, durant la période de refroidissement nécessaire avant leur retraitement. Chaque année, le volume entreposé augmente car certains combustibles usés ne sont pas retraités, si bien qu’une saturation des entreposages est à prévoir à l’horizon 2030. L’objectif de cette rencontre est de discuter de la meilleure manière de répondre à ce problème.

Pour ce faire, un bilan de la situation et les prévisions de saturation seront exposés. Plusieurs solutions sont a priori envisageables pour répondre à cette saturation : un projet de nouvelle piscine centralisée sera présenté, ainsi que des solutions alternatives d’entreposage à sec. Le public sera invité à donner son avis sur ces différentes options, à la lumière des enjeux de sûreté et de sécurité.

Pour permettre d’avancer dans ce débat, la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), sur proposition de la Commission particulière, a commandé à l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) une expertise complémentaire portant sur l’analyse des possibilités d’entreposage à sec des combustibles nucléaires usés. Ce rapport est en ligne sur le site internet du débat en cliquant ici. Les conclusions de ce rapport seront présentées et permettront d'alimenter les discussions durant cette rencontre.

pdf Consultez la fiche de présentation de la rencontre

 

La réunion en bref 

La réunion publique de Rennes qui avait pour thème « La gestion des matières et déchets radioactifs en débat » a rassemblé toutes les conditions d’un débat de qualité, entre les citoyens, les représentants du nucléaire, les représentants d’association et les responsables du plan national de gestion des déchets radioactifs. Après les présentations des enjeux de la future 5e édition du plan, quelques soixante participants ont pu exprimer leurs attentes vis-à-vis de certaines thématiques, notamment, la notion de responsabilité, le droit des citoyens, la transparence ou encore la responsabilité des acteurs du nucléaire. Pendant plus de deux heures, cette rencontre a permis aux citoyens de poursuivre les échanges et d’aborder plusieurs sujets essentiels proposés par les participants eux-mêmes, (identification préalable des sujets via le mur d’expression) tels que la responsabilité de la société vis-à-vis des générations futures, le stockage géologique profond des déchets ultimes et ses alternatives, la protection de la santé et de l’environnement, la poursuite du retraitement, le financement et les coûts de cette gestion, le sort des déchets de très faible activité…

Les présentations des intervenants

Les vidéos

> Lire les vidéos sur DailyMotion

Les photos

Débat PNGMDR - Réunion Rennes - 130619

> Ouvrir l'album photo

 

Retour